Contacts

24h à votre disposition en cas de sinistre

Une carrière au service externe – la clé de la réussite de Gizem

mars 8, 2021.

Chez Generali Suisse, environ 420 collaborateurs travaillent au service externe. L’une d’eux est Gizem Açal. À 31 ans, Gizem est l’une des plus jeunes employées du service externe et affiche de belles réussites. C’est pourquoi nous l’avons nommée « Newcomer of the year 2020 ». Elle figure parmi nos 25 meilleurs conseillers et conseillères.

Gizem, tu travailles depuis deux ans au service externe chez Generali. Comment est-ce arrivé ?

J’ai atterri chez Generali par un heureux hasard. À l’origine, mon mari avait posé sa candidature pour ce poste. Après son entretien, quand il m’a décrit le job, nous avons conclu que les tâches correspondaient beaucoup mieux à mon profil. Suite à cela, j’ai envoyé mon dossier de candidature. Voilà comment une chose a mené à l’autre.

 

Comme nombre de mes collègues, je suis issue d’un autre milieu professionnel. Je n’avais jamais travaillé pour une assurance ou au sein d’un service externe auparavant. Il était important pour moi d’avoir un emploi où je puisse utiliser mes connaissances en tant qu’économiste d’entreprise titulaire d’un diplôme fédéral. De plus, je voulais suivre ma passion : le travail avec les gens et avec différentes personnalités. Le métier de conseillère en assurance et en prévoyance présente pour moi la combinaison idéale.

 

Mes débuts chez Generali ont été très positifs et j’ai bénéficié d’une excellente formation au sein de la Generali Academy. J’ai investi beaucoup de temps pour comprendre les produits et services dans le détail. Cela m’aide à offrir un conseil compétent à mes clientes et clients et à leur proposer des solutions sur mesure.
 

 

Qu’est-ce qui est particulièrement important pour toi dans ton travail ?

Pour moi, le travail au service externe d’une assurance n’est pas synonyme de vente d’assurances. De mon point de vue, ma mission est d’apporter une sécurité à mes clientes et clients pour leur permettre de vivre dans une plus grande sérénité.

 

 

Comment trouves-tu le quotidien chez nous et quelle est la clé de ta réussite ?

Ce qui est fascinant dans mon job est le fait que chaque jour est différent. Chaque rendez-vous avec un client se déroule d’une manière unique. La clé de la réussite, selon moi, réside dans le fait que je rencontre chaque personne individuellement et que je prête attention à ses besoins. J’écoute et prévois suffisamment de temps pour mes rendez-vous. Proposer une couverture d’assurance optimale à chaque client occupe une place centrale pour moi.

 

Pour les rendez-vous avec la clientèle, j’attache une grande importance à une bonne préparation. À cette fin, je peux recourir à une palette d’outils de support de Generali. J’aime également prendre moi-même des initiatives. Par exemple, pendant le confinement, j’ai créé une présentation pour pouvoir conseiller mes clients au mieux virtuellement.

 

Enfin, un bon équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée est déterminant pour moi. Après une journée de travail, j’apprécie de rentrer à la maison et de passer du temps avec ma famille.

 

 

Le pourcentage de femmes au service externe reste très faible. Pour quelles raisons ?

Je pense que les raisons à cela sont conditionnées par la société. Pendant des années, le service externe était une branche dominée par les hommes. C’est resté ancré dans les esprits. Je vois cela comme un appel lancé aux femmes. Nous devons réfléchir et nous demander quels emplois nous intéressent. Nous devons nous détacher des modèles classiques. Il est important que des femmes donnent l’exemple et encouragent ainsi d’autres femmes à oser se lancer dans le conseil en assurances. Je ne peux que le recommander à toutes les femmes.

 

 

Par rapport à tes collègues masculins, dans le quotidien professionnel, est-ce que tu te sens traitée différemment ?

Au quotidien, je ne remarque aucune différence. Je n’ai pas l’impression d’être traitée différemment de mes collègues masculins. Je ne perçois ni avantage ni inconvénient et pense que le sexe joue un rôle secondaire. C’est plutôt une présentation compétente et le plaisir de conseiller qui sont déterminants pour réussir dans ce travail. Je pense que mon comportement naturel et mes connaissances étayées me permettent d’être convaincante.

 

 

Pour terminer, un bref regard sur l’avenir : quels sont tes objectifs ?

Mon prochain but est de suivre une formation de conseillère financière puis de planificatrice financière pour pouvoir apporter un conseil encore plus complet à mes clientes et clients. De plus, je me suis fixé l’objectif ambitieux d’occuper à nouveau une place de premier plan à la prochaine remise des prix du « Generali Lions Club », idéalement la première, bien sûr.

Le Generali Lions Club

Chaque année, chez Generali, les 100 meilleurs conseillers et conseillères sont récompensés lors d’un dîner de gala. Nous célébrons ensemble leurs performances dignes d’un lion. Parmi les 100 meilleurs, nous honorons de plus tout particulièrement les 25 meilleurs. Si la pandémie le permet, ces derniers font un voyage ensemble à l’étranger.