Contacts

24h à votre disposition en cas de sinistre

Les filles sont douces, les garçons sont forts – Mettons fin aux stéréotypes liés au sexe

mars 8, 2022.

Les filles aiment le rose et les poupées. Les garçons aiment jouer aux voitures et aux dinosaures. Les filles sont sages, les garçons sont forts. À l’occasion de la Journée internationale de la femme, nous donnons à tous les parents quatre idées pour lutter contre ces vieux stéréotypes . Car les filles fortes deviendront des femmes fortes.

Deux exemples édifiants pour commencer : si l’on éduque les garçons en leur apprenant qu’ils n’ont pas le droit d’être faibles et qu’un homme ne parle pas de sentiments, comment pourraient-il apprendre à exprimer ce qu’ils ressentent ? D’autre part, les filles apprennent à s’occuper des autres et à mettre leurs propres besoins au second plan.

 

Les enfants manifestent ce genre de comportement dans les groupes de jeu, à l’école et ensuite dans la vie professionnelle. Il existe une incompatibilité entre la mise en retrait et le fait de demander une augmentation de salaire. Toutes les conditions sont ici remplies pour favoriser l’écart de rémunération entre les sexes. Il faut donc associer à chaque rôle une nouvelle image. Des femmes sûres d’elles, qui savent ce qu’elles valent et le communiquent avec courage. Et des hommes sensibles qui savent que les mâles dominants ne sont pas l’espèce la plus appréciée et n’ont pas besoin d’être dominants à tout prix.

 

Il n’existe pas de mode d’emploi pour encourager son enfant à « être en parfaite conformité avec son genre ». Chaque enfant est unique et fonctionne différemment. Mais ces quatre idées peuvent inciter à réfléchir et à tenter quelques expériences.

 

1) La fin des idées reçues

Avant-même l’âge d’un an, on peut distinguer des différences entre le comportement des filles et des garçons. Aujourd’hui, la science part du principe que des aspects biologiques ont en partie une incidence sur le comportement spécifique au sexe. Il est important de savoir qu’entre les filles et les garçons mais aussi entre les hommes et les femmes, il existe plus de points communs que de différences. De plus, les influences sociales jouent aussi un rôle important. Chez les filles, les relations avec les autres sont souvent au premier plan alors que chez les garçons, c’est le comportement. Les filles sont félicitées pour leur comportement social, les garçons pour leurs compétences. Selon leurs comportements, les enfants sont donc souvent réduits à des caractéristiques typiquement spécifiques à leur sexe. Au lieu de toujours dire à votre fille qu’elle s’occupe bien de son petit cousin, dites-lui à quel point elle est intelligente. Ou votre fils souhaite mettre du vernis à ongles ? Laissez-le faire, ça lui va à merveille ! Les enfants devraient pouvoir exprimer leur créativité par le plaisir de l’expérimentation.

 

2) Raconter de nouvelles histoires

Montrez à vos enfants un monde qui ne se limite pas à une séparation stricte des sexes. Inversez par exemple les rôles lors de la lecture d’une histoire ou inventez vous-même une histoire et poursuivez-la avec votre enfant : soudain, le gentil prince s’occupe des sept nains et la vaillante jeune fille terrasse le dragon. Vous trouverez également ici une sélection de livres passionnants compilée par le service en charge de l’égalité à la Ville de Zurich (Fachstelle für Gleichstellung der Stadt Zürich) (en allemand).

 

3) Créer un espace de jeu en fonction du sexe

Les enfants qui jouent avec des objets atypiques pour leur sexe sont plus souvent confrontés à des réactions négatives de la part de leur entourage. Il s’agit toutefois d’un phénomène qui touche davantage les garçons. C’est à nous, adultes, qu’il incombe de créer pour les enfants un espace de jeu convivial. Dans tout ce à quoi votre enfant s’intéresse et tout ce qu’il sait faire, essayez de le soutenir et de l’accompagner positivement, quel que soit son sexe. Pour cela, ne le félicitez pas toujours pour un comportement conforme à son sexe et ne souriez pas ou ne le rabaissez pas pour un comportement qui n’est pas conforme. L’espace de jeu peut également jouer un rôle au sens physique. Souvent, la maison de poupées, contient presque uniquement des accessoires « féminins » : des sacs, des poussettes de poupées, des ustensiles de cuisine ou des planches à repasser. La perceuse, le bureau ou l’établi n’y sont pas. Cela suggère donc que la femme domine dans son foyer et l’homme au travail. La séparation entre sphère privée et sphère professionnelle s’en trouve amplifiée. Faites donc exprès par exemple d’acheter de temps en temps des accessoires « masculins » pour la maison de poupées.

 

4) Proposer des alternatives

Proposez des jeux et des jouets atypiques pour chacun des sexes. Essayez de vous défouler physiquement avec votre fille, de jouer avec la mini-pelleteuse et de mettre en avant l’activité sportive. Avec votre fils, vous pouvez a contrario faire de la musique, danser et vous adonner à des activités créatives. Cela encourage les enfants à avoir envie par eux-mêmes de se confronter à la nouveauté et à se découvrir des centres d’intérêt.

 

Notre engagement

En Suisse, The Human Safety Net Switzerland, la fondation de Generali Suisse, s’engage avec l’institut Marie Meierhofer pour l’enfant en faveur du développement dans la petite enfance. Pour que les enfants se développent de manière positive et puissent démarrer dans la vie à chances égales. En tant que centre de compétences dédié à la petite enfance, le « Marie Meierhofer Institut für das Kind » est partenaire de « The Human Safety Net Switzerland ».

 

Sources

Ce texte a été élaboré à l’aide des sources suivantes :