Contacts

24h à votre disposition en cas de sinistre

Des enfants pauvres en Suisse, ce pays riche

nov. 20, 2020.

La Journée internationale des droits de l’enfance le 20 novembre rappelle qu’il y a encore beaucoup à faire pour que les droits de l’enfance soient respectés partout. C’est pourquoi nous nous intéressons aujourd’hui tout particulièrement à un sujet supposé inexistant en Suisse : la pauvreté chez les enfants.

L’argent manque souvent pour de petites choses : une excursion à la piscine, de nouvelles chaussures, un repas équilibré. Sans parler de l’adhésion à une association sportive, d’un smartphone ou de vacances.

 

Pour 144 000 petites filles et petits garçons, dans notre pays, c’est une réalité. Ils grandissent dans des familles touchées par la pauvreté. Ils doivent renoncer à beaucoup de choses qui, pour d’autres, sont une évidence. L’argent et le statut jouent un rôle important dans notre société. Les enfants veulent être intégrés, faire partie de la communauté. Si cela leur est refusé, ils courent le risque d’être marginalisés dès leurs jeunes années.

 

 

Un à deux enfants touchés par la pauvreté par classe scolaire

Les derniers chiffres révèlent une situation préoccupante. D’après l’Office fédéral de la statistique, une personne sur huit en Suisse a eu du mal à s’en sortir financièrement en 2018. Les mères ou pères célibataires, surtout, sont touchés par la pauvreté (19.3%), ainsi que les personnes issues de l’immigration (17.5%), les personnes sans activité lucrative (14.4%) ou les personnes qui n’ont pas suivi de formation après la scolarité obligatoire (12.1%). Dans ces familles, 144 000 enfants grandissent dans la pauvreté. De plus, 291 000 sont menacés de pauvreté. Cela veut dire que dans chaque classe scolaire suisse, il y a un à deux enfants touchés par la pauvreté.

 

 

La pauvreté est héréditaire

Une personne qui grandit dans une situation financière précaire a souvent également des difficultés plus tard dans la vie. Quand les enfants ne peuvent pas être stimulés et soutenus, cela a souvent des conséquences défavorables. L’exclusion d’activités socio-culturelles, que les enfants touchés par la pauvreté vivent souvent dès leur plus jeune âge, constitue le fil rouge de leur biographie. L’une des voies les plus sûres pour éviter le piège de la pauvreté est la formation.

 

 

Le soutien dans l’enfance : la clé pour une plus grande égalité des chances

La première pierre pour les chances de formation est posée dès les plus jeunes années. C’est pourquoi la stimulation dans l’enfance est décisive pour éviter la spirale de la pauvreté. Heidi Simoni, directrice de l’Institut Marie Meierhofer (MMI) pour l’enfant, est bien placée pour en parler : « Les enfants ont besoin de pouvoir bouger et observer, d’imiter et d’expérimenter. Ils veulent explorer et créer, poser des questions et chercher des réponses. » S’ils grandissent dans des familles touchées par la pauvreté, ils ont souvent moins de possibilités de satisfaire ces besoins. C’est là qu’intervient le centre familial « MegaMarie » de l’institut. Il met à la disposition des enfants en bas âge de tous les milieux sociaux un atelier avec salle de jeu et de rencontres et soutient les parents dans les questions éducatives.

 

 

Vaincre la pauvreté dans l’enfance

Il y a des enfants pauvres ou menacés de pauvreté dans toutes les régions de Suisse. Ils vivent parmi nous, même si, bien souvent, ils sont invisibles. Des prestations sociales adaptées comme le MMI, des possibilités de formation et un réseau social qui fonctionne peuvent aider les personnes touchées à échapper durablement à la misère. Pour que la pauvreté dans l’enfance ne trace pas forcément le destin d’une vie.

Avec la fondation « The Human Safety Net Switzerland », Generali Suisse s’engage en faveur de projets qui bénéficient à des familles désavantagées et des personnes réfugiées ou issues de l’immigration. Nous voulons leur offrir l’opportunité d’une vie dans la sécurité et déterminée par leurs choix. En tant que centre de compétences dédié à la petite enfance, le « Marie Meierhofer Institut für das Kind » est partenaire de « The Human Safety Net Switzerland ».