Contacts

24h à votre disposition en cas de sinistre

Cinq stratégies de placement à connaître

déc. 7, 2020.

Chaque investisseur devrait prendre en compte certaines règles de base, quel que soit son patrimoine à placer. En l’occurrence : les stratégies les plus simples sont souvent les plus efficaces. Elles présentent moins de risques et offrent en général de meilleurs rendements.

Quiconque souhaite placer de l’argent se trouve d’emblée confronté à de multiples questions. Naturellement, les enjeux ne sont pas les mêmes selon que vous ayez 5000 francs ou plusieurs centaines de milliers de francs à placer. Pour un petit investisseur, il n’est pas pertinent d’investir dans des titres individuels (coûts de transaction trop élevés et diversification insuffisante). Les fonds de placement sont davantage appropriés dans ce cas. Dans cet article, nous vous présentons les cinq stratégies de placement qui vous permettront d’investir votre argent avec succès.

 

 

Stratégie 1 : investir tôt et maintenir les coûts au minimum

Le temps est votre ami. Plus tôt vous commencerez à placer de l’argent, plus les intérêts cumulés seront favorables. Imaginons qu’à 20 ans, vous placiez 15 000 francs dans un instrument avec un rendement moyen de 4%. Vous pourriez disposer d’une fortune d’environ 88 000 francs à votre 65e anniversaire. En tablant sur un rendement moyen plus optimiste de 6% – ce qui est tout-à-fait possible avec des actions –, votre fortune pourrait même s’élever à quelque 206 000 francs.

 

Un horizon de placement long permet non seulement d’accentuer l’effet des intérêts cumulés, mais aussi de limiter les risques de pertes inhérents aux placements les plus risqués. À partir d’un horizon de placement de 35 ans, la probabilité statistique de subir des pertes est très réduite, tandis que les chances de gains élevés sont assez importantes. La règle de base est la suivante : pour un placement en actions, vous devez disposer d’un horizon de placement de dix ans ou plus.

 

Outre le temps, les produits de placement à coûts avantageux jouent également en faveur des investisseurs. Placer de l’argent suppose en effet de supporter certains frais. C’est pourquoi il importe d’étudier attentivement les coûts. Exigez systématiquement de vos conseillers en patrimoine et fournisseurs de produits financiers qu’ils expliquent clairement tous les coûts et frais et qu’ils justifient leur caractère juste et équitable.

 

 

Stratégie 2 : diversifier largement et tenir le cap

Il est difficile d’établir des prévisions sur l’évolution des marchés dans leur ensemble et, davantage encore, de titres particuliers. Il est donc essentiel de diversifier autant que possible vos placements. Ne vous contentez pas d’acheter quelques actions. La méthode est très dangereuse. Vous devez avoir conscience qu’il n’existe aucun placement sans risque. Cela vaut même pour l’argent que vous déposez sur votre compte d’épargne. Ces sommes rapportent peu et risquent de se réduire en raison de l’inflation et des éventuels frais de gestion, comme les frais de dépôt bancaire, etc. Sous prétexte que le risque est partout, attention toutefois à ne pas tomber dans un excès d’audace en visant de très hauts rendements. En effet, la règle est la suivante : on ne peut obtenir de hauts rendements qu’en prenant un risque également très important.

 

Conseil de Generali 

Fixez-vous un objectif réaliste : il est tout-à-fait possible d’atteindre un rendement de 4% après inflation sur des placements à long terme.

 

Lorsque vous avez défini la bonne combinaison de placements, mieux vaut vous en tenir à cette stratégie. Ne changez pas tous vos placements au premier vent contraire car vous ne feriez que générer des frais de transaction inutiles. Ne vous laissez pas trop impressionner par les nouvelles de l’actualité. Vendre au plus haut et acheter au plus bas : c’est le rêve de tout investisseur. En pratique, ce rêve est quasiment impossible à concrétiser. Il est donc préférable de rester toujours présent sur les marchés. Avant tout, il convient de garder son calme face aux fortes fluctuations de cours – ou simplement de ne pas suivre l’actualité de trop près.

 

Il importe aussi de garder votre argent constamment placé car les rendements élevés que peuvent générer des placements en actions sur le long terme sont souvent le fruit de très fortes hausses de cours survenues sur des périodes de temps limitées. Si vous avez par exemple investi dans des actions européennes au début de l’année 1999 et avez toujours conservé ce placement depuis lors, vous avez quasiment doublé votre mise aujourd’hui (indice de référence : MSCI Europe). Cette bonne performance résulte presque exclusivement des dix meilleurs jours de cotation survenus sur cette longue période.

 

Conseil de Generali 

Si vos fonds ne sont pas investis pendant les quelques très bons jours de cotation, vos rendements s’en trouveront considérablement amoindris sur de longues périodes. En règle générale, mieux vaut donc conserver vos placements en permanence.

« À la bourse, on peut gagner mais aussi perdre. En optant pour la bonne stratégie d'investissement, vous réduisez vos pertes et augmentez vos profits. Et en trouvant le bon équilibre entre risque et sécurité, vous mettez toutes les chances de votre côté pour réussir sur le long terme. »

Julien Braize, Responsable de vente

À propos de l'auteur

Fort de ses 18 ans d’expérience dans le domaine de l’assurance et de la finance, Julien Braize est depuis 2014 responsable de vente au sein de Generali région Genève Rive-Gauche. Il est titulaire du diplôme de conseiller financier IAF.

STRATÉGIE 3 : RÉÉQUILIBRER DE TEMPS À AUTRE

Les gains et pertes de change ne sont pas seulement des facteurs de stress. Ils ont aussi pour effet de déséquilibrer votre stratégie, c’est-à-dire la combinaison de placements adéquate définie au départ. C’est pourquoi vous devez procéder régulièrement à des rééquilibrages afin de garder constante la répartition en pourcentage de vos placements.

 

EXEMPLE

Imaginons que votre stratégie implique un placement 50% actions - 50% obligations. Vous choisissez vos produits de placement en fonction de cette stratégie. Imaginons maintenant que le cours des actions de votre portefeuille monte, tandis que celui de vos obligations diminue, de sorte que les actions finissent par représenter 75% de la valeur totale de votre portefeuille. Vous devez alors vendre des actions et acheter des obligations pour rééquilibrer votre portefeuille et revenir à la répartition initiale. Procédez à l’inverse avant une chute du cours des actions et une hausse des cours obligataires.

 

Ce rééquilibrage vous permet de suivre une stratégie anticyclique qui, dans l’idéal, vous amène à acheter au plus bas et revendre au plus haut. Attention cependant : plus vous intervenez souvent pour rééquilibrer votre portefeuille, plus vos frais de transaction augmentent, et moins vous bénéficiez des tendances des cours sur la durée. La règle de base consiste à examiner votre portefeuille au moins une fois tous les douze mois pour envisager un rééquilibrage éventuel.  

 

 

STRATÉGIE 4 : ÉCHELONNER LES ACHATS

Il est quasiment impossible de savoir à l’avance si les actions sont bon marché ou non au moment où l’on achète. Face à ce dilemme, il existe une solution simple : fractionner votre investissement. Imaginons que vous héritiez aujourd’hui de 300 000 francs : nous vous conseillons de ne pas tout placer d’un coup. Prévoyez plutôt d’étaler votre investissement dans le temps en réalisant plusieurs achats à intervalles réguliers. Par exemple, placez 50 000 francs aujourd’hui, puis 50 000 francs tous les quatre mois jusqu’à ce que vous ayez investi la totalité de la somme au bout de 20 mois. De cette façon, le prix d’achat de vos actions sera une moyenne de tous les prix d’achat de la période, ce qui réduit le risque d’acheter au plus haut (méthode Cost Average). Il est tout aussi pertinent d’échelonner également vos placements ultérieurs.

 

Vous pouvez réaliser vous-même cet investissement échelonné. Mais il existe aussi plusieurs opérateurs qui proposent des plans d’épargne et des investissements dans différents fonds. Si vous décidez de vous adresser à l’un d’eux, choisissez de préférence un opérateur qui investira votre argent dans des ETF (Exchange Traded Fund) abordables. En cas de placements à intervalles réguliers, vous bénéficierez de l’effet prix moyen : acheter davantage de parts de fonds de placement lorsque les cours sont bas et moins lorsque les cours sont élevés. Là encore, pensez à comparer les coûts pratiqués.

 

 

STRATÉGIE 5 : LIMITER LES PERTES

Les chutes de cours sont pénibles, c’est indéniable. D’autant que, si vous vendez le titre, la perte cesse d’être seulement abstraite, vous la supportez définitivement. Pour cette raison, beaucoup d’investisseurs conservent des actions alors que leur cours s’est effondré, dans l’espoir de les revendre un jour au-dessus du cours initial.

 

Éviter les pertes est donc un autre sujet crucial, car vous aurez du mal à les compenser. Quand une action perd 50%, cela signifie que sa valeur doit ensuite doubler pour revenir au cours de départ.

 

EXEMPLE

La valeur de l’action X chute de 100 à 50 francs. Cela représente une perte de 50%. Pour revenir à son cours de départ, l’action doit maintenant passer de 50 à 100 francs, ce qui constituerait un gain de 100%.

 

PLUS D’ARTICLES SUR LE SUJET

Quelles sont les règles de base du placement financier ?

Quelle est la relation entre le risque et le rendement ? Comment trouver la combinaison de placements qui me convient ?

Quels sont les instruments de placement ?

Compte d’épargne, actions ou fonds. Quels sont les avantages et les inconvénients du placement financier ?

Solutions utiles de Generali