Contacts

24h à votre disposition en cas de sinistre

Pourquoi l’absentéisme s’envole et ce que peuvent faire les entreprises pour y remédier

sept. 15, 2020.

On assiste depuis des années en Suisse à l’augmentation de l’absentéisme au travail, qui entraîne une hausse des coûts pour les PME. Dans cet article, nous traitons des causes de ce problème et des mesures préventives que votre entreprise peut prendre pour s’en prémunir.

Elles sont pour ainsi dire inexistantes dans les plans d’exploitation et entrent rarement en ligne de compte dans l’évaluation des risques des prêts aux entreprises. Et pourtant, elles comptent parmi les facteurs de coût les plus importants dans les coûts d’exploitation : les heures perdues des collaborateurs, c’est-à-dire leurs absences :

 

« L’absentéisme des collaborateurs augmente les coûts organisationnels et financiers. Il peut également entraîner le report d’améliorations ultérieures ou de garanties. Les frais qui en découlent sont une charge supplémentaire pour une entreprise. » En d’autres termes, chaque absence de collaborateur est source de coûts supplémentaires. « En moyenne, cela coûte des milliers de francs », explique Joël Dos Reis. Lisez à ce sujet également notre article consacré à la responsabilité civile professionnelle.

 

Selon les enquêtes de l’Office fédéral de la statistique (OFS), environ 70% des récentes absences étaient dues à une maladie ou un accident. En chiffres absolus, cela correspond à 197 millions d’heures en 2019. Au total, le nombre d’heures d’absence a augmenté de 48 millions d’heures entre 2019 et 2020 pour s’établir à 217 millions, avec une tendance à la hausse.

 

Analyser en ligne les absences
 

Vous souhaitez connaître l’état des absences dans votre entreprise en comparaison avec votre secteur d’activité dans l’ensemble de la Suisse ?

 

Il vous suffit d’utiliser le calculateur d’absences en ligne de Generali pour déterminer en quelques clics seulement le taux d’absence au sein de votre entreprise.
 

Absences pour cause de maladie

Burnout et allergies en tête des motifs d’absence

L’Office fédéral de la statistique (OFS) mène une enquête représentative sur la santé de la population tous les cinq ans, la dernière a eu lieu en 2017. À cette occasion, les enquêteurs ont posé la question suivante aux 22 131 personnes interrogées : « Au cours des douze derniers mois, avez-vous eu l’une des maladies ou l’un des problèmes de santé suivants ? »


Voici les réponses les plus données :

  • Allergies (24%)
  • Arthrose / arthrite (14.5%)
  • Dépression (6.6%)
  • Asthme (5.1%)
  • Incontinence urinaire (4.5%)
  • Ostéoporose (3.1%)
  • Bronchite chronique (2.4%)
  • Cancer (1.7%)
  • Crise cardiaque (0.5%)
  • AVC (0.4%)

 

Les statisticiens en dressent le bilan intermédiaire suivant : « La population souffre principalement de maladies chroniques non transmissibles ». Les maladies infectieuses n’ont pas disparu non plus. Leurs hausses pourraient néanmoins être spectaculaires avec le Covid-19.

 

Augmentation du stress et de l’épuisement

Les enquêtes montrent également que les conséquences du stress sur la santé au travail sont en augmentation constante : près d’un quart (21%) des personnes interrogées par l’Office fédéral de la statistique (OFS) en 2017 ont déclaré souffrir « plutôt souvent » de stress au travail, contre 18% cinq ans plus tôt. Selon l’OFS, la moitié des personnes actives étaient exposées à au moins trois des neuf types de « risques psychosociaux » (voir graphique), soit une augmentation de 4 points de pourcentage par rapport à 2012. L’OFS :

 

« Les risques psychosociaux sont liés à l’organisation du travail et causés par des situations comme une intensité très élevée du travail, un manque d’autonomie ou un manque de soutien des supérieurs ou des collègues, des discriminations et des violences, ou encore la crainte de perdre son emploi ou le stress ».

 

Vous trouverez ici l’enquête « Risques psychosociaux au travail » de l’OFS.

 

Près de la moitié des personnes très souvent stressées (49%) se sentaient émotionnellement épuisées selon l’enquête. L’Office fédéral de la statistique met en garde : « L’épuisement émotionnel est un signe de risque accru de burnout et il est associé à un moins bon état de santé ».

Par rapport aux maladies purement physiques telles que les douleurs dorsales ou la grippe, les maladies psychiques sont à l’origine d’absences particulièrement longues. « Les entreprises qui souhaitent améliorer les performances de leurs collaborateurs feraient bien d’analyser et de réduire les facteurs de stress sur le lieu de travail », recommande Hansjörg Huwiler, responsable Corporate Health au AEH Zentrum für Arbeitsmedizin, Ergonomie und Hygiene à Zurich, qui conseille les entreprises sur la gestion de la santé en entreprise.

 

Vous en apprendrez davantage sur les solutions contre le stress et le burnout sur notre site Internet, à la rubrique « Prévention ».

 

Les collaborateurs à temps partiel moins stressés

Le graphique montre à quel point le travail à temps partiel a une influence sur les absences : les collaborateurs qui travaillent moins de 90% du temps de travail hebdomadaire habituel sont nettement moins absents que leurs homologues à temps plein. « C’est un signe clair que des contraintes et un stress moindres occasionnent également moins de coûts », explique Hansjörg Huwiler de l’AEH.

 

Évolution des absences depuis 2010 en Suisse

 

Le travail à domicile, nouvelle cause de maladies ?

Le magazine économique Saldo estime qu’il est huit fois plus probable de tomber malade que d’avoir un accident. Il n’existe pas de chiffres fiables à ce sujet, car les enquêtes de l’Office fédéral de la statistique ne font pas la distinction entre ces deux principales causes d’absences. Cependant, les chiffres comparatifs des caisses d’assurance maladie des entreprises allemandes (BKK) montrent que les absences sont davantage le fait de maladies que d’accidents.

 

Le dernier Rapport sur la santé 2019 de l’association faîtière BKK dresse un tableau clair de l’absentéisme en Allemagne : selon lui, 7,2% seulement des incapacités de travail au cours de l’exercice 2018 étaient dues à des accidents ou intoxications.

 

Les problèmes de santé suivants étaient beaucoup plus courants :

  • Problèmes respiratoires 30.3%
  • Troubles musculosquelettiques 15.6%
  • Infections 15.2%
  • Problèmes digestifs 9.2%

 

Statistiquement, les troubles psychiques ne représentaient que 5.5% des incapacités de travail, mais 15.7% des jours d’absence. Avec les maladies musculosquelettiques et respiratoires, les contraintes psychologiques sont l’une des principales causes d’absence en Allemagne. Si on transpose ces observations en Suisse, Hansjörg Huwiler explique : « Pour la Suisse, on peut dire qu’outre les accidents non professionnels, ce sont les maladies psychiques, les troubles de l’appareil locomoteur comme les problèmes de dos ainsi que les maladies respiratoires, notamment la grippe classique, qui comptent parmi les principaux motifs d’absence. »

 

Le coach expérimenté, qui soutient également la clientèle entreprise de Generali en matière de gestion active de la santé dans notre académie de la prévention, relève également un autre aspect important : « Bien sûr, il existe des risques pour la santé au sein même de l’entreprise, par exemple le stress psychologique ou les dommages posturaux dus à un environnement non ergonomique. Mais le travail à domicile peut aussi être à l’origine de problèmes de santé. » Souvent, en effet, le domicile n’offre pas d’endroits adaptés pour travailler au calme et se concentrer. « On peut citer d’autres facteurs défavorables comme du mobilier inadapté, des capacités d’auto-organisation insuffisantes, la double distraction des enfants et du partenaire, et la difficulté de déconnecter correctement le soir », explique Hansjörg Huwiler. Vous trouverez de plus amples informations sur le travail à domicile ici.

« Les entreprises qui souhaitent améliorer les performances de leurs collaborateurs feraient bien d’analyser et de réduire les facteurs de stress sur le lieu de travail. »

 

Hansjörg Huwiler, responsable Corporate Health AEH

Absences de collaborateurs dues à un accident

La plupart des accidents surviennent pendant les loisirs

Outre les maladies de natures diverses, les accidents en particulier ont un impact sur les statistiques d’absence au travail. Toutefois, le nombre d’accidents du travail stagne depuis des années. En 2018, l’Office fédéral de la statistique (OFS) en a enregistrés environ 273 000 en Suisse, contre quelque 268 000 en 2014. Les causes les plus fréquentes d’accidents professionnels sont les glissades (27.6%), les chocs mécaniques (25.6%) et les coupures (19.7%), des valeurs qui ont été calculées sur une période de cinq ans.


En revanche, le nombre d’accidents non professionnels a fortement augmenté ces dernières années : la courbe ne cesse de monter, de quelque 513 000 accidents de loisirs en 2014 à 565 000 accidents non professionnels en 2018. Cela correspond à 52 000 cas en plus, soit une hausse de près de 10% (9.2%) en seulement cinq ans.

 

La plupart des accidents (36%) ayant lieu en dehors du lieu de travail sont liés au sport ou aux jeux et concernent principalement les jeunes femmes et hommes.

« Outre le paiement des prestations d’assurance, l’accompagnement des assurés en cas d’accidents graves est au cœur de notre mission. »

 

Joël Dos Reis, Director Claims Centers Bodily Injury

La prévention, la meilleure arme contre les absences

Mieux vaut prévenir que guérir. Une maxime qui s’applique également à la protection de la santé en entreprise.

 

Generali soutient les entreprises en leur proposant du matériel d’information, des ateliers et des séminaires Internet. Voici quelques-uns des sujets que nous traitons :

 

Gestion de la santé en entreprise (GSE)

Comment mettre en œuvre avec succès une protection de la santé préventive ? Comment déterminer les contraintes psychosociales et physiques dans l’entreprise et élaborer un catalogue de mesures correspondant ? De quelles autres informations sur la GSE les personnes dirigeantes ont-elles besoin ?

 

Ergonomie

Quelle influence la conception du lieu de travail a-t-elle sur les douleurs dorsales, les maux de tête ou les troubles de la concentration ? Qu’en est-il pour le travail à l’écran ou le travail manuel ? Comment atténuer les troubles existants ?

 

Santé psychique

Les incapacités de travail dues à des maladies psychiques sont en constante augmentation. Burnout, problèmes d’addiction et troubles psychiques sont d’ores et déjà les causes les plus fréquentes d’invalidité en Suisse. Dans le cadre d’ateliers complets et de séminaires en ligne, les collaborateurs et les membres de la direction apprennent comment la santé psychique peut être renforcée et protégée sur le lieu de travail.

 

Exercice physique, relaxation et alimentation

Ce programme comprend notamment un bilan de santé ainsi que des conseils en matière d’alimentation, d’exercice physique et de relaxation.

 

Sécurité au travail et prévention des accidents

Quelles connaissances de base les personnes dirigeantes et les collaborateurs doivent-ils avoir sur les mesures de prévention des accidents ? Quelle est l’importance des audits et des sondages réguliers des collaborateurs dans l’entreprise ? Quel rôle jouent les accidents pendant les loisirs ?

 

Gestion des absences

Enregistrer et analyser correctement les temps d’absence : la gestion systématique des absences permet de limiter les absences de manière ciblée.

 

Vous trouverez ici plus d’informations sur la prévention de la santé en entreprise de Generali.

 

Conclusion de l’expert de Generali, Joël Dos Reis : « Chaque année, les absences sont à l’origine de préjudices considérables pour les entreprises suisses. Protégez vos collaborateurs et votre entreprise contre leurs conséquences grâce à une analyse approfondie des causes, des mesures préventives adaptées et une protection financière via des solutions d’assurance adaptées. Nous nous ferons un plaisir de vous conseiller. »

À propos des auteurs


Joël Dos Reis est Director Claims Centers Bodily Injury chez Generali Suisse. En tant que spécialiste du traitement des sinistres complexes, il conseille la clientèle entreprise sur toutes les questions relatives aux lésions corporelles et aux prétentions associées.
 

Hansjörg Huwiler est responsable Corporate Health et ergonome EurErg chez AEH Corporate Health Experts (aeh.ch), qui soutient Generali dans la gestion de la santé en entreprise.

Solutions Generali adaptées