Contacts

24h à votre disposition en cas de sinistre

En cas d’urgence : comment bien protéger vos enfants

avr. 6, 2022.

Les enfants sont sans cesse occupés à explorer le monde. Et même si vous veillez sur vos enfants, en tant que parent, des accidents ou des maladies peuvent survenir, et malheureusement aussi parfois des décès. Il est donc judicieux de couvrir suffisamment les enfants. Dans cette partie de la série « En cas d’urgence : la bonne couverture pour votre famille », nous vous expliquons quoi faire pour vos enfants.

PRÉVOYANCE POUR ENFANTS : POUR ÉVITER QUE LES RISQUES COÛTENT CHER

Quand vous regardez votre enfant, vif et en bonne santé, l’invalidité et la mort sont les dernières choses auxquelles vous voulez penser. Vous devriez néanmoins envisager d’assurer votre enfant contre certains risques. Parce que les prestations de la caisse maladie et de l’assurance invalidité sont souvent calculées au plus juste. 

 

CAISSE MALADIE OBLIGATOIRE

L’assurance maladie est obligatoire en Suisse. Votre enfant doit être assuré auprès d’une caisse depuis le jour de sa naissance. Vous pouvez conclure cette police avec effet rétroactif jusqu’à trois mois au plus tard après sa naissance. Si vous souhaitez conclure pour votre enfant une assurance complémentaire pour les médecines alternatives ou pour l’orthodontie (appareils dentaires), faites-le idéalement le plus tôt possible. Les caisses maladie peuvent refuser d’assurer certains clients dans le cadre des assurances complémentaires si une déficience est avérée.

 

Conseil : Les appareils dentaires peuvent rapidement coûter plus de CHF 10 000.–. Dans la grande majorité des cas, cela vaut la peine d’inclure une telle assurance complémentaire pour les enfants.

 

Attention : dès la troisième année de vie de votre enfant, l’assurance peut exiger que vous le fassiez examiner par un dentiste avant d’accepter de l’assurer. S’il s’avère à ce moment-là que ses dents ne sont pas alignées, l’assurance peut refuser votre enfant ou émettre des réserves.

 

ASSURANCE POUR ENFANTS – FAUT-IL ASSURER LES ENFANTS POUR LES CAS DE DÉCÈS ET D’INVALIDITÉ ?

Si votre enfant devient invalide des suites d’une maladie ou d’un accident, la caisse maladie paie les traitements. L’enfant aura ensuite droit à des contributions aux soins spéciaux et à une allocation pour impotent de l’assurance invalidité. Ces contributions sont relativement modestes et ne couvrent que partiellement les frais. Si vous avez conclu une assurance de risque pour votre enfant, il recevra dans une telle situation également une rente ou un capital. Cela aide à financer les thérapies spéciales, les modifications à apporter à votre foyer pour l’adapter aux personnes handicapées ou une éventuelle prise en charge.

 

Vous pouvez conclure une assurance de risque pour enfants auprès de votre caisse maladie ou d’une assurance. Il y a différents types de polices. Certaines ne couvrent que les risques d’invalidité et de décès résultant d’un accident, d’autres couvrent également l’invalidité et le décès dus à une maladie. Ces dernières, plus complètes, ne sont pas beaucoup plus chères.

 

Bon à savoir : Dans la plupart des cas, c’est une maladie qui cause l’invalidité des enfants. Si vous concluez une assurance de risque pour votre enfant, choisissez une police qui couvre aussi bien la cause accident que maladie. Nous offrons par le biais de la prévoyance pour enfants KIDS une solution modulable que vous pouvez composer vous-même en toute flexibilité.

En savoir plus

Une perte de gain dans la famille peut générer de gros problèmes financiers. Nous vous dévoilons comment couvrir suffisamment vous et votre famille dans notre première partie.

 

Que se passe-t-il si le membre de la famille qui exerce l’activité principale devient invalide ? Dans la deuxième partie de notre série « En cas d’urgence : la bonne couverture pour votre famille », nous vous expliquons ce qui est le plus important.

 

La mort est un sujet souvent éludé. Les familles devraient quand même se prémunir pour ce cas tragique. Comment ? C’est ce que nous dévoilons dans notre quatrième partie.

AUTRES SOLUTIONS D’ASSURANCE