Contacts

24h à votre disposition en cas de sinistre

En cas de nécessité : Protégez votre famille des risques

Quand vous fondez une famille, votre vie change du tout au tout. Le quotidien familial est source d’innombrables moments de bonheur. Vous devriez néanmoins aussi réfléchir aux situations qui pourraient changer ce quotidien de manière tragique.

Un accident, une maladie grave ou un décès dans la famille sont des événements déchirants. En plus de causer de la douleur, ils engendrent souvent aussi des problèmes financiers. Il est d’autant plus important que vous vous assuriez, vous et votre famille, contre ces risques. Pour qu’en cas de nécessité vous puissiez vous concentrer sur l’essentiel et n’ayez aucun souci d’ordre financier.

 

 

 

Pourquoi est-il important de réaliser une analyse de prévoyance ?

 

Que se passerait-il si un changement profond et soudain survenait dans votre vie de famille ? Une analyse de prévoyance vous apporte les réponses à cette question. Sur la base de votre budget familial, elle vous montre si vous disposez d’une bonne protection financière pour le cas où vous devriez, pour un motif donné, renoncer à une partie de votre revenu familial. Elle se penche en particulier sur les risques suivants : 

  • Perte de gain : Votre famille peut-elle survivre d’un point de vue financier si elle doit se passer d’une partie du revenu familial pour une longue période suite à une maladie ou à un accident ?
  • Invalidité : Les rentes des assurances sociales suffiront-elles à subvenir à vos besoins ?
  • Décès : Votre décès ou celui de votre épouse ou époux mettrait-il votre famille dans de graves difficultés financières ?

 

 

Demandez conseil

De nombreuses familles ne souhaitent pas effectuer elles-mêmes cette analyse de prévoyance. Nos conseillères et conseillers en assurance vous viennent volontiers en aide. Vous apprendrez comment assurer ces différents risques et ce que cela vous coûtera. Vous pouvez obtenir une assurance de risque individuelle dès CHF 50.– par mois.
 

 

 

Perte de gain : Comment protéger votre famille ?

 

Votre vie de famille dépend-elle financièrement principalement d’un seul salaire ? Si c’est le cas, ce revenu devrait être assuré de sorte que vous puissiez aussi financer votre quotidien familial en cas de perte de salaire sur une période prolongée. Si vous travaillez pour un employeur, certains risques sont automatiquement assurés par ce dernier. Les personnes exerçant une activité lucrative indépendante doivent s’occuper elles-mêmes de conclure une couverture d’assurance complète.

 

« Il ne m’arrivera rien ! » En 2018, cette affirmation s’est révélée fausse pour 218 000 personnes en Suisse : elles touchent désormais une rente AI pour incapacité de gain. Les raisons sont les suivantes :

  • 80% pour cause de maladie
  • 7% pour cause d’accident
  • 13% pour cause de malformation de naissance

 

Bon à savoir :  L’invalidité causée par une maladie est généralement moins bien assurée en Suisse que celle qui résulte d’un accident.

 

 

Maintien du paiement du salaire en cas de maladie

Si vous vous retrouvez en arrêt de travail pour une durée indéterminée des suites d’une maladie, votre salaire continue de vous être versé pendant un certain temps. Si vous êtes dans votre première année de service, votre employeur doit continuer à vous verser votre salaire complet pendant trois semaines. Ensuite, le paiement du salaire est maintenu pendant un délai « raisonnable ». Les tribunaux ont précisé dans les échelles de Bâle, de Berne et de Zurich ce que signifie cette formulation (voir « Maintien du paiement du salaire en cas de maladie »). Selon les années de service et l’échelle, cette période s’étend d’un à six mois.

 

Si votre employeur a conclu une assurance collective d’indemnités journalières en cas de maladie, vous bénéficiez d’une meilleure couverture. Vous recevez alors normalement 80% de votre salaire pendant environ deux ans. L’assurance d’indemnités journalières en cas de maladie commence les versements en général après un délai d’attente de 30 jours. Pendant ce temps, c’est votre employeur qui vous verse votre salaire.

 

 

Maintien du paiement du salaire après un accident

Si vous vous retrouvez en incapacité de travail suite à un accident, l’assurance-accidents paie votre salaire. Vous recevez alors 80% de votre dernier revenu. Le revenu annuel maximal assuré se situe à CHF 148 200.– (état 2019).

 

Bon à savoir : Toutes les personnes employées sont automatiquement assurées en cas d’accidents professionnels. Celles qui travaillent en moyenne plus de huit heures par semaine pour le même employeur sont également assurées en cas d’accidents survenant pendant leur temps libre. Les personnes sans activité lucrative doivent assurer ce type d’accidents auprès de leur caisse maladie. L’employeur continue alors de payer le salaire comme dans le cas d’une maladie.

 

 

Assurance d’indemnités journalières privée

Que montre votre analyse de prévoyance ? Vous retrouveriez-vous en difficultés financières après quelques mois sans salaire ? Dans ce cas, vous devriez aussi vous assurer de façon privée, par exemple au moyen d’une assurance d’indemnités journalières. Avant cela, vous devez vous poser les deux questions suivantes :

 

Quel délai d’attente est judicieux ?

  • L’assurance d’indemnités journalières ne commence à verser ses prestations qu’après un certain délai d’attente. Plus ce délai d’attente est court, plus la prime est élevée.
  • Si vous travaillez pour un employeur, choisissez idéalement le même délai d’attente que lui. Selon la loi, il s’élève au moins à trois semaines.
  • Si vous exercez une activité lucrative indépendante, vous aurez tout de suite besoin d’une indemnité journalière si vous vous retrouvez dans l’incapacité de travailler. Les primes sont cependant très élevées. C’est pourquoi de nombreuses personnes indépendantes choisissent une assurance avec un délai d’attente et comblent les lacunes des premières semaines ou premiers mois avec leur argent personnel.

 

Accident, maladie ou les deux ?

  • Les personnes exerçant une activité lucrative indépendante concluent normalement une assurance d’indemnités journalières en cas d’accident et de maladie. Le choix d’une assurance-accidents LAA complémentaire facultative dépendra de chacun et chacune. Cette assurance contient par exemple des rentes de veufs, veuves et orphelins. Si vous n’avez pas de famille, vous payez une partie de la prime pour rien.
  • Les personnes employées bénéficient automatiquement de l’assurance-accidents de leur employeur. Si vous gagnez plus que le salaire maximum assuré de CHF 148 200.– par année, vous pouvez compléter votre couverture au moyen d’une assurance d’indemnités journalières privée.

 

Bon à savoir : Vous n’exercez pas d’activité lucrative et ne subirez donc pas de perte de salaire en cas d’accident ou de maladie ? Chez nous, vous pouvez quand même conclure une assurance d’indemnités journalières.

 

 

 

Invalidité : quand vous ne pouvez plus travailler

 

Les indemnités journalières sont aussi une aide précieuse si votre incapacité de travail se prolonge. L’assurance d’indemnités journalières verse ses prestations pendant deux ans en règle générale.

 

 

Rentes des assurances sociales

Vous bénéficiez par le biais du 1er et du 2e piliers d’une protection en cas d’invalidité. En tant que parent, si vous devenez invalide, vous recevez une rente de l’assurance invalidité (AI) et le cas échéant une somme d’argent de votre assurance-accidents et de la caisse de pension. Toujours sous réserve que vous remplissiez les conditions légales. Les enfants reçoivent une rente d’enfant de la part de l’AI et de la caisse de pension.

  • Une rente AI complète s’élève au minimum à CHF 1185.– et au maximum à CHF 2370.– (état 2019). Selon la gravité de l’invalidité, vous recevez un quart de la rente, une demi-rente, trois quarts de la rente ou une rente complète. S’ajoutent les rentes d’enfant qui s’élèvent à 40% de la rente principale. La rente d’enfant est versée jusqu’au 18e anniversaire de l’enfant ou jusqu’à la fin de sa formation (au maximum jusqu’à son 25e anniversaire).
  • Si votre invalidité est la conséquence d’un accident et que vous disposez d’une assurance-accidents par le biais de votre employeur, celle-ci vous verse une rente. Cette rente varie également en fonction du degré d’invalidité. En cas d’invalidité totale, vous recevez 80% de votre salaire assuré (salaire annuel maximal assuré de CHF 148 200.–, état 2019).
  • Le cas échéant, votre caisse de pension peut aussi verser une rente en cas d’invalidité ainsi que des rentes d’enfant. Vous trouverez le montant de ces rentes dans votre certificat de prévoyance.

 

Bon à savoir : Les rentes de l’AI, de l’assurance-accidents et de la caisse de pension combinées ne peuvent pas dépasser 90% de votre dernier salaire. C’est pourquoi vous ne recevez souvent pas le montant maximal de la part de l’assurance-accidents et de la caisse de pension. Si cela arrive néanmoins, l’assurance-accidents ne paie que ce qu’on appelle une rente complémentaire.

 

 

Assurance incapacité de gain privée

Il vous est possible d’assurer en complément votre famille en cas d’incapacité de gain par le biais de votre 3e pilier. Cela est judicieux lorsque les rentes du 1er et 2e piliers sont insuffisantes. Si pendant la durée contractuelle vous vous retrouvez en incapacité de gain pour cause de maladie ou d’accident, vous recevez de la part de l’assurance la rente convenue au préalable (le cas échéant aussi un capital). Si vous n’êtes que partiellement invalide, la rente est réduite proportionnellement.

 

Attention : L’incapacité de gain résultant d’une maladie grave est beaucoup plus fréquente que celle résultant d’un accident. En cas de maladie surviennent très souvent des lacunes au niveau des soins si vous ne vous en occupez pas vous-même suffisamment tôt. Étudiez les différents scénarios possibles avec un expert ou une experte.

 

Ce dont vous devriez tenir compte lors de la conclusion d’une assurance incapacité de gain :

  • Calculez la rente dont vous auriez besoin en cas d’invalidité. N’assurez que le montant dont vous auriez vraiment besoin. 
  • Si vous disposez d’une assurance-accidents par le biais de votre employeur, vous n’avez besoin que de la part maladie. C’est meilleur marché.
  • L’assurance-accidents assure un salaire annuel maximum de CHF 148 200.–. Si vous gagnez plus, vous pouvez couvrir la différence au moyen d’une assurance incapacité de gain. 
  • Vous pouvez aussi conclure cette assurance dans le cadre du pilier 3a et déduire la prime de votre revenu. Cela n’est possible que si vous ne cotisez pas encore le montant maximum annuel dans votre pilier 3a.
  • Plus le délai d’attente pour le maintien du paiement du salaire est court, plus la prime est élevée. Si votre employeur a conclu pour vous une assurance d’indemnités journalières en cas de maladie, choisissez un délai d’attente de 24 mois dans votre assurance incapacité de gain. Elle versera ses prestations au bout de deux ans lorsque vous ne toucherez plus d’indemnités journalières.

 

 

 

Décès : pour protéger celles et ceux qui restent

 

En cas de décès, les parents mariés sont bien couverts par les assurances sociales. Ils peuvent compter sur les prestations suivantes :

  • En cas de décès, l’AVS paie au parent survivant une rente de veuf ou de veuve. Les enfants reçoivent une rente d’orphelin.
  • Les veufs et veuves reçoivent également une rente de l’assurance-accidents – à condition que la personne décédée en ait conclu une. Pour les personnes employées, c’est automatiquement le cas. Une rente d’orphelin est également versée pour les enfants.
  • La caisse de pension verse aussi des rentes de veuf, veuve et orphelin. Vous trouverez le montant de ces rentes dans votre certificat de prévoyance.

 

Bon à savoir : Les rentes de l’AI, de l’assurance-accidents et de la caisse de pension combinées ne peuvent pas dépasser 90% de votre dernier salaire. On parle sinon de sur-assurance. Dans ce cas, l’assurance-accidents et la caisse de pension ont le droit de réduire leurs prestations.

 

Les parents vivant en concubinage sont défavorisés

Ni l’AVS ni l’assurance-accidents ne verse de rente au concubin survivant. La caisse de pension peut décider si elle lui verse une rente ou non. L’état civil des parents ne joue cependant aucun rôle concernant la rente d’orphelin. Celle-ci est versée dans tous les cas par l’AVS, l’assurance-accidents et la caisse de pension du parent décédé.

 

Conseil : Clarifiez avec votre caisse de pension les conditions sous lesquelles votre compagne ou compagnon recevra une rente si vous venez à décéder.

 

 

Assurance décès privée

Si vous voulez offrir à votre famille et à vous-même une protection complète, vous devriez idéalement souscrire une assurance décès. Si vous décédez pendant la durée contractuelle, l’assurance paie le capital en cas de décès à la personne convenue.


Bon à savoir : Le montant de la prime dépend de la somme d’assurance ainsi que de l’âge et de l’état de santé de la personne assurée.

 

Dans le cadre des assurances décès, on distingue deux types de somme d’assurance : la somme d’assurance décroissante et la somme d’assurance constante. Avec une somme d’assurance décroissante, le montant que la personne bénéficiaire recevra diminue constamment. Opter pour une telle assurance est judicieux lorsque la situation évolue, que les enfants vont grandir, que l’un des parents pourra à nouveau travailler davantage et que la couverture résultant du 1er et du 2e piliers s’améliore. Si vous épargnez en parallèle au moyen d’un pilier 3a, un capital en cas de décès décroissant est également un bon choix.

La somme d’assurance constante s’avère quant à elle judicieuse lorsque le risque reste constant et que dans quelques années vous aurez toujours les mêmes besoins. Nos conseillères et conseillers en assurance vous aident volontiers à trouver la protection optimale pour votre famille.

 

 

 

Enfants : des risques qui peuvent coûter cher

 

Quand vous regardez votre enfant, vif et en bonne santé, l’invalidité et la mort sont les dernières choses auxquelles vous voulez penser. Vous devriez néanmoins envisager d’assurer votre enfant contre certains risques. Parce que les prestations de la caisse maladie et de l’assurance invalidité sont souvent calculées au plus juste.  

 

 

Caisse maladie obligatoire

L’assurance maladie est obligatoire en Suisse. Votre enfant doit être assuré auprès d’une caisse depuis le jour de sa naissance. Vous pouvez conclure cette police avec effet rétroactif jusqu’à trois mois au plus tard après sa naissance. Si vous souhaitez conclure pour votre enfant une assurance complémentaire pour les médecines alternatives ou pour l’orthodontie (appareils dentaires), faites-le idéalement le plus tôt possible. Les caisses maladie peuvent refuser d’assurer certains clients dans le cadre des assurances complémentaires si une déficience est avérée.

 

Conseil : Les appareils dentaires peuvent rapidement coûter plus de CHF 10 000.–. Dans la grande majorité des cas, cela vaut la peine d’inclure une telle assurance complémentaire pour les enfants. Attention : Dès la troisième année de vie de votre enfant, l’assurance peut exiger que vous le fassiez examiner par un dentiste avant d’accepter de l’assurer. S’il s’avère à ce moment-là que ses dents ne sont pas alignées, l’assurance peut refuser votre enfant ou émettre des réserves.

 

 

Assurer un enfant en cas de décès ou d’invalidité ?

Si votre enfant devient invalide des suites d’une maladie ou d’un accident, la caisse maladie paie les traitements. L’enfant aura ensuite droit à des contributions aux soins spéciaux et à une allocation pour impotent de l’assurance invalidité. Ces contributions sont relativement modestes et ne couvrent que partiellement les frais. Si vous avez conclu une assurance de risque pour votre enfant, il recevra dans une telle situation également une rente ou un capital. Cela aide à financer les thérapies spéciales, les modifications à apporter à votre foyer pour l’adapter aux personnes handicapées ou une éventuelle prise en charge.

 

Vous pouvez conclure une assurance de risque pour enfants auprès de votre caisse maladie ou d’une assurance. Il y a différents types de polices. Certaines ne couvrent que les risques d’invalidité et de décès résultant d’un accident, d’autres couvrent également l’invalidité et le décès dus à une maladie. Ces dernières, plus complètes, ne sont pas beaucoup plus chères.

 

Bon à savoir : Dans la plupart des cas, c’est une maladie qui cause l’invalidité des enfants. Si vous concluez une assurance de risque pour votre enfant, choisissez une police qui couvre aussi bien la cause accident que maladie. Nous offrons par le biais de la prévoyance pour enfants KIDS une solution modulable que vous pouvez composer vous-même en toute flexibilité.

En savoir plus au sujet

Épargner en famille : Comment alléger votre budget familial ?

Tout ce qu’il faut savoir sur les allocations, les déductions fiscales et l’argent de poche.

Répartition de l’héritage : Comment protéger votre famille ?

Tout ce qu’il faut savoir sur les parts réservataires et sur les possibilités d’adapter la répartition pour protéger votre famille.

SÉLECTION DE PRODUITS DE PRÉVOYANCE DE GENERALI